États, Banque mondiale, banques et fonds d’investissement, organisations philanthropiques… Les investisseurs institutionnels représentent un poids considérable dans l’économie mondiale. Réunis lors du One Planet Summit, ils se sont engagés à collaborer pour le climat. 

18 %

des entreprises ciblées engagées à communiquer de manière transparente sur la manière dont elles prennent en compte les risques climatiques

22 %

des entreprises ciblées engagées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030

L' annonce

D’après l'ONG internationale Carbon Disclosure Project, 100 entreprises seraient responsables de 70 % des gaz à effet de serre émis dans le monde ! C’est pourquoi 225 des plus gros investisseurs du monde s’engagent dans l’Action climat 100+ pour les cinq prochaines années. Ensemble, ils représentent plus de 26,3 milliards de dollars d’actifs. Leur ambition : inciter ces entreprises à mettre en place des mesures concrètes et à revoir leur modèle de gouvernance pour faire face aux risques climatiques.

Ce qui a été accompli

279 signataires, banques et fonds d’investissements ont rejoint l’initiative en 2018. 61 entreprises supplémentaires sont désormais mobilisées. 
 

Les prochaines étapes

Les signataires se sont engagés à communiquer, en toute transparence, sur les résultats obtenus auprès des entreprises déjà ciblées. Un nombre croissant d’entreprises adhérera bientôt à la coalition.

“Nous en sommes convaincus : inciter les entreprises dans lesquelles nous investissons à intensifier durablement leurs actions contre le changement climatique relève de notre mission. C’est ainsi que nous pourrons atteindre, ensemble, les objectifs de l’Accord de Paris.”

Betty Yee, contrôleur de l’Etat de Californie

+ de 15

startups créées et financées

5

challenges climat concernés : électricité, agriculture, construction, industrie et transport

L' annonce

Financer  massivement les entreprises du marché de l’énergie propre pour accélérer l’émergence d’innovations énergétiques, c’est l’engagement de la Breakthrough Energy Coalition (BEC).

Fondée en 2015 par Bill Gates, lors de la COP 21, à Paris, cette coalition rassemble des gouvernements, des instituts de recherche et près de 30 investisseurs privés majeurs.

Sa priorité : établir un nouveau modèle d’investissement en matière d’innovation énergétique.

Lors du One Planet Summit 2017, de nouveaux membres l’ont rejointe : banques, fonds d’investissements, producteurs d’énergie, entreprises technologiques. La BEC entame également une collaboration publique-privée avec cinq membres du programme Mission Innovation : le Canada, Mexico, le Royaume-Uni, la France et la Commission européenne. 
 

Ce qui a été accompli 

  • Un travail d’étude sur les pôles d’innovation et leurs écosystèmes a été lancé afin de dresser un plan d’action. 
  • Le BEV a déjà déployé des financements dans le monde entier. 
  • La France s’est associée au projet en renforçant les financements pour les PME du secteur des énergies renouvelables.
  • En 2016, la Breakthrough Energy Coalition a créé le Breakthrough Energy Venture (BEV), un fonds piloté par des investisseurs avec plus d’un milliard de dollars de capital engagé. , Son ambition : bâtir de nouvelles entreprises de pointe en matière d’énergie.

Les prochaines étapes

L’ objectif de la coalition est de financer massivement la création et le développement de startups et d’entreprises vertes dans le monde entier. 
 

"Les transitions énergétiques prennent beaucoup de temps, mais il est plus urgent que jamais de prévenir les pires effets du changement climatique. Nous avons besoin de nouveaux modèles d'investissement et de nouveaux partenariats entre les acteurs publics et privés dans le secteur de l'énergie. La coalition - Breakthrough Energy Coalition - veut faciliter ces partenariats pour accélérer la mise sur le marché des solutions énergétiques de demain.”

Bill Gates, président de la Fondation Bill & Melinda Gates

4

fondations ont rejoint la coalition, portant le nombre de membres à 16

1

gouvernement a rejoint la coalition (le Canada, la France et la Grande-Bretagne ont été rejoints par l'Allemagne. L'Australie, l'Italie, le Japon, la Suède et la Norvège ont manifesté leur intérêt)

L' annonce

  • Amplifier le rôle de la philanthropie pour accélérer la mise en œuvre de l'Accord de Paris avec le soutien de 12 philanthropes et 3 gouvernements.
  • Identifier les mécanismes de collaboration entre les gouvernements, les organismes de finances publiques, les philanthropes et les partenaires d'investissements institutionnels.
  • Mobiliser des fonds supplémentaires pour :
    • accélérer le déploiement des énergies renouvelables et leur stockage ;
    • lutter contre la pollution de l'air ;
    • proposer des modèles agricoles résistants aux changements climatiques.

Ce qui a été accompli

  • Nouveaux partenariats entre philanthropes et gouvernements avec un travail de long terme ;
  • 4 groupes de travail mis en place pour explorer les nouvelles opportunités et les projets de financement mixte, d'énergies renouvelables en Asie du sud-est, de qualité de l'air et d'agriculture ;
  • concevoir une structure de placement mixte flexible sur des infrastructures climatiques dans les marchés émergents.

Les prochaines étapes

  • Lancement d'une coalition des philanthropes pour l'innovation;
  • Philanthropes et gouvernements annoncent des avancées significatives : 
    • le développement d'une importante structure de financement mixte ;
    • la préparation, par la coalition, d'une offre de soutien aux énergies renouvelables en Asie du Sud-Ouest ;
    • des plans d'action intersectoriels pour la qualité de l'air et les groupes de travail sur l'agriculture ;
    • l'élargissement des missions d’exploration à l’Afrique, à l’Amérique du sud et à l’Europe ;
    • plus de 18 fondations philanthropiques membres de la coalition ;
    • le déploiement de projets et de financements ayant démontré leur faisabilité à travers des projets pilotes.