One Planet Lab : Travaux 2021

Le monde vient de traverser une crise massive et sans précédent : une crise sanitaire mondiale dont les conséquences sociales et économiques sont loin d'être derrière nous. En parallèle, nos sociétés ne sont pas encore adaptées au changement global en cours de notre environnement. Les alertes sont pourtant multiples : le dernier rapport du GIEC et le récent rapport des Nations unies sur les émissions 2021, montrent que nous sommes sur la voie d'une augmentation catastrophique de la température mondiale d'environ 2,7 degrés Celsius. La prise de conscience n'a jamais été aussi forte et pourtant, les efforts ne sont pas à la hauteur des besoins.

Accroître la mobilisation collective et renforcer la dynamique de collaboration des acteurs publics, privés et citoyens est ainsi au cœur de la réflexion menée cette année dans le cadre du One Planet Lab. Ses experts et acteurs se sont ainsi engagés sur les axes de travail suivants :

Collaborer sur le prix du carbone : les enjeux et les étapes pour décarboner nos économies

La cohérence entre les politiques et stratégie de neutralité carbone mises en place au niveau national est un élément clé pour répondre à l’ambition globale de réduction des émissions, et en particulier celle des politiques de tarification carbone.  Redéfinir objectivement les termes du débat, les enjeux géopolitiques et techniques ainsi que les instruments adéquates font partie des objectifs de ce travail.

Déployer le potentiel de la finance mixte 

Le financement de la transition écologique doit s’appuyer sur un effort commun entre partenaires publics et privés. Depuis plusieurs années, de nombreux acteurs institutionnels et privés soulignent le potentiel des financements mixtes pour accélérer les investissements en faveur du climat, de la biodiversité ou du développement sans en définir les lignes directrices. Le travail du Lab vise ainsi à fournir un cadre d'action légitime pour mobiliser des financements publics à ces fins.

Retrouver la présentation du rapport des travaux du Lab et le rapport dans son intégralité.

Financer la transition agro-écologique

Le secteur agro-alimentaire étant l'un des principaux secteurs ayant un impact sur la biodiversité et le climat, il en est également dépendant et source de solutions pour lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité. Au cœur de la convergence des agendas climat & biodiversité, une mutation massive et rapide est conditionnée par la mobilisation des financements, notamment privés, nécessaires pour accompagner les entreprises et les agriculteurs dans leur transition. Ce travail visera à identifier les mécanismes existants et à créer pour amorcer une transition à plus grande échelle.

Développer l’économie circulaire à l’international 

La prise de conscience des limites des modèles de consommation actuels n'a jamais été aussi importante dans la société. Bien que l'économie circulaire soit l’une des clés de la transformation nécessaire dans tous les secteurs, elle n'en demeure qu'au stade de concept dans l’action internationale sur l'environnement. Ce travail saisit l’opportunité de repenser la chaîne de valeur et d’identifier les marges d'amélioration pour un niveau plus élevé de traçabilité.

One Planet Lab 2022

Le manque de ressources financières adéquates est largement reconnu comme l'une des raisons de l'échec à atteindre les précédents objectifs mondiaux en matière de biodiversité, connus sous le nom d'objectifs d'Aichi. Dans le cadre de l'impératif primordial d'aligner tous les flux financiers sur les objectifs de biodiversité, il est nécessaire d'explorer comment des mécanismes innovants pourraient produire des résultats positifs pour la nature et combler le déficit de financement de la biodiversité à grande échelle. Alors que les politiques et les objectifs mondiaux passent de l'absence de perte nette de biodiversité à la positivité de la nature, de nouveaux types de mécanismes doivent être explorés pour relier la montée en puissance de l'intérêt des entreprises pour la biodiversité à la conservation sur le terrain afin de débloquer des financements indispensables pour la nature.

En partenariat avec le One Planet Lab, le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) dirige la création et la coordination d'un groupe de travail de haut niveau sur les mécanismes innovants vers des résultats positifs pour la nature afin de répondre aux besoins de financement de la biodiversité, comme annoncé dans le communiqué publié par le Président Macron le 7 novembre à la COP 27 à Charm el-Cheikh.

L'objectif du groupe de travail est d'explorer le potentiel de systèmes tels que les crédits carbone à fort impact sur l'environnement et les nouveaux crédits ou certificats de biodiversité, d'identifier les obstacles à surmonter pour leur développement, leur intégrité et leur mise à l'échelle, et de faire des recommandations sur la manière dont ces mécanismes innovants peuvent produire des résultats positifs à la fois pour le climat et pour la nature, tout en comblant le déficit de financement. Le groupe devrait en particulier examiner et comparer les différents paramètres et cadres de mesure et de rapport sur l'impact sur la nature et leur potentiel de vérification et de certification solides et indépendantes, sans lesquels ils ne répondraient pas aux attentes.

 

Membres du groupe de travail 

Parrains

- M. Bertrand Badré, Directeur général de Blue Like on Orange Sustainable

- Mme Sylvie Goulard, Sous-Gouverneure à la Banque de France

- M. Paul Polman, Co-fondateur de Imagine

- M. Nick Stern, Professeur à LSE

Membres

- M. Masood Ahmed, Président de CGDev

- M. Amar Bhattachary, Chercheur au Brookings Institute

- M. Patrick Bolton, Professeur à l'Université de Colombia 

- M. Thomas Buberl, Directeur général d'AXA

- Mme Barbara Buchner, Directrice Exécutive de la Climate Policy Initiative

- M. Pascal Canfin, Président de la Commission Environnement au Parlement Européen

- M. Mark Carney, Envoyé spécial finance et climat du Secrétaire général des Nations Unies

- M. Christian Deseglise, Responsable finance durable de HSBC global banking and markets

- Mme Kristalina Georgiva, Directrice Exécutive du Fonds monétaire international

- M. Yannick Glemarec, Directeur Exécutif du Green Climate Fund (GCF)

- M. Roldolfo Lacy, Directeur Environnement à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

- Mme Ellen MacArthur, Directrice de la Ellen MacArthur Foundation

- M. Ajay Mathur, Directeur de The Energy and Resources Institute (TERI)

- M. Hiro Mizuno, Board du Principles for Responsible Investment

- M. Jérémy Oppenheim, Directuir de SYSTEMIQ

- Mme Mari Pangestu, Directrice des affaires globales de la Banque mondiale

- M. Bertrand Piccard, PDG de Solar Impulse Foundation

- M. François-Henri Pinault, Directeur général de Kering

- Mme Patrica Ricard, Présidente de la Fondation Paul Ricard 

- M. Rémy Rioux, Directeur général de l'Agence Française de Développement (AFD)

- M. Frédéric Samama, Responsable chez Amundi Asset management 

- Mme Mary Shapiro, Secrétariat de la Task Force on Climate-Related Financial Disclosures (TCFD) 

- M. Joseph Stiglitz, Professeur à l'Université de Columbia

- M. Pavan Sukhdev, Président du WWF International

- Mme Laurence Tubiana, Directrice général de la European Climate Foundation (ECF)

- Mme Antha Williams, Responsable du programme environnement de Bloomberg Philanthropies

- M. Durwood Zaeckle, Président de l'Institute for Governance & Sustainable Development (IGSD)

- M. Philippe Zaouati, CEO de MIROVA