Les banques publiques de développement s’engagent collectivement à modifier leurs stratégies, leurs politiques d’investissement, leurs activités et leurs modes opératoires afin de contribuer à la réorientation des flux financiers pour un développement résilient et sobre en carbone, en ligne avec l’accord de Paris sur le climat.

Lors du premier sommet OPS, les 26 banques nationales et régionales de développement du réseau IDFC (International Development Finance Club) et les 6 banques multilatérales de développement (BMD) se sont engagées à travailler ensemble pour s’aligner avec l’accord de Paris sur le climat. 

Les deux réseaux IDFC et BMD ont ainsi travaillé ces dernières années sur la mise en œuvre de l’engagement d’alignement, chacun avec sa gouvernance et dynamique propre, et avec des rendez-vous réguliers. Elles ont développé des stratégies, des cadres d’alignement, des méthodologies et elles ont pris des engagements ambitieux d’alignement et d’investissements compatibles avec l’accord de Paris. 

Ce processus s’est amplifié lors du Sommet Finance en Commun à Paris le 12 novembre 2020, où plus de 450 banques publiques de développement, se sont engagées ensemble sur l’alignement avec l’accord de Paris et les objectifs du développement durable. Le Club IDFC et le réseau des BMD ont ainsi été rejoints par les associations de banques publiques de développement d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et d’Europe.

200 Md$
Plus de 200 milliards de dollars par an

C’est, d’ici 2025, l’ensemble des engagements annuels en faveur du climat des banques publiques de développement du réseau IDFC et du réseau des BMD

 

Les étapes de l’alignement et leurs résultats

Pour répondre aux attentes formulées par l’accord de Paris adopté en 2015 et son 3e objectif cœur, celui de rendre l’ensemble des flux financiers cohérents avec un développement bas carbone et résilient, les banques publiques de développement s’engagent dans un processus d’alignement, qui a démarré avec leur engagement commun pris lors du One Planet Summit de décembre 2017.    

Lors de la COP24 de Katowice en décembre 2018, l’IDFC et les BMD ont chacun publié un cadre d’alignement selon 6 principes ou piliers très similaires. 

Au Sommet climat des Nations-Unies de septembre 2019, les 2 réseaux ont complété leurs annonces: les membres de l’IDFC ont renforcé leurs engagements en annonçant la mobilisation de 1 000 milliards de dollars d’ici à 2025 en faveur du climat et en lançant un partenariat avec le Fonds Vert pour le climat et une Facilité de renforcement de capacité. Les membres d’IDFC ont rapporté une augmentation de leurs financements verts : 197 md$ en 2019, soit +47% par rapport à 2018. Les BMD quant à elles ont annoncé une augmentation de leur financements climat à hauteur 65 md$ d’ici 2025, dont 50 md$ pour les pays pauvres et intermédiaires, 18 md$ pour l’adaptation. La mobilisation des co-financements privés a été portée à 40 md$.

Lors du Sommet Finance en Commun de novembre 2020, cet engagement d’alignement avec l’accord de Paris a été encore amplifié car repris par la Coalition des 450 Banques Publiques de Développement dans leur déclaration conjointe.

AFD

Nous, Banques Publiques de Développement du monde entier, réunies pour la première fois à Paris, nous engageons à accompagner la transformation de l’économie mondiale et de nos sociétés vers un développement durable et résilient. Aujourd’hui, il est essentiel que nous reconstruisions en mieux, en concevant et en agissant simultanément pour des résultats et impacts durables, équitables et inclusifs, en veillant à ne laisser personne de côté.
Déclaration du sommet Finance en Commun, 12 novembre 2020, Paris

AFD

Pour en savoir plus

 

Le club IDFC (International Development Finance Club), créé en 2011, est un club de 26 banques de développement nationales et régionales du monde entier, majoritairement actives sur les marchés émergents. IDFC est le plus grand fournisseur de financement public du développement et du climat au monde, avec 4 000 milliards USD d'actifs combinés et des engagements annuels supérieurs à 600 milliards USD, dont 150 milliards USD de finance climat. Les membres de l'IDFC ont la fonction unique de soutenir les politiques nationales tout en transférant les priorités internationales dans leurs propres circonscriptions.

Site internet www.idfc.org/
Gouvernance www.idfc.org/governance/
Rapports annuels : www.idfc.org/publications/
Membres www.idfc.org/members/
Twitter: https://twitter.com/IDFC_Network
Déclaration commune alignement OPS 2017
Position paper des 6 principes d’alignement, COP24, 2018

Etude I4CE et CPI pour IDFC sur l'alignement avec l'accord de Paris, 2019

 

Les banques multilatérales de développement (BMD) engagées sur le climat sont des institutions supranationales fondées par des États souverains qui en sont les actionnaires. Leurs mandats reflètent les politiques d’aide au développement et de coopération établies par ces États.
Les BMD ont pour mission commune de favoriser le progrès économique et social dans les pays en développement, en finançant des projets, en soutenant des investissements et en générant des ressources financières au profit de l’ensemble de la population mondiale.
Les BMD jouent également un rôle majeur sur les marchés internationaux des capitaux où elles lèvent d’importants volumes de fonds indispensables pour financer leurs prêts. En prenant en compte des critères de soutenabilité et en redirigeant leurs financements, elles ont un rôle déterminant dans la lutte contre le changement climatique. 

Membres : BAfD, BasD, BEI, BERD, BID, Banque Mondiale et, depuis 2019, BAII et Banque islamique de développement.
Gouvernance et suivi: Le réseau des BMD est animé par une présidence tournante de 6 mois de chacun de ses membres, l’un après l’autre.  Un rapport commun sur la finance climat est publié chaque année, le dernier étant www.publications.iadb.org/en/2019-joint-report-on-multilateral-development-banks-climate-finance.

Chaque membre communique individuellement sur les engagements communs.