L’Observatoire spatial du climat (SCO) fournit des outils pour étudier et surveiller les impacts du changement climatique à l’échelle locale, en combinant les données des observations satellitaires avec d’autres sources.

Les données spatiales sont un outil indispensable  pour assurer l’observation des phénomènes liés au changement climatique (sécheresse, inondations, pollution etc.). L’Observatoire Spatial du Climat vise à favoriser l'utilisation de ces données pour améliorer les connaissances sur l’état de notre planète et à permettra l'accès à ces données dans les zones les plus vulnérables.

Il a 3 objectifs:

  • Etablir des outils d’aide à la décision publique ;
  • Améliorer la communication auprès des parties prenantes : grand public, chercheurs et académiques… ;
  • Contribuer aux objectifs de développement durable.

L’Observatoire facilite la mise à disposition de données adaptées, à jour et fiables, ainsi que des informations sur les impacts du changement climatique à l’échelle nationale et régionale, via l’utilisation de technologies spatiales, de mesures ciblées et de modèles pertinents croisés avec des données socio-économiques. L’objectif est l’élaboration de scénarios d’impacts, de projections sur les évolutions des territoires et leurs conséquences sur les populations afin d’aider les décideurs à répondre aux enjeux de l’adaptation sur les territoires. 
Fondé sur une mutualisation des données existantes produites par les programmes internationaux (Copernicus, NOAA, Eumetsat), le SCO favorise leur interopérabilité avec des données locales de type socio-économique (population, urbanisation, espaces protégés, infrastructures linéaires et locales) afin de proposer aux décideurs une analyse précise de la vulnérabilité de leur territoire au changement climatique.

SCO2
33 membres signataires

L’Observatoire international rassemble aujourd’hui 33 agences spatiales et organisations internationales qui représentent 53 % des émissions de CO2, et bientôt davantage. 
L’objectif du consortium est de déployer d’ici 2025 des projets partout dans le monde impactant un milliard d’habitants en zones vulnérables. 
43 projets sont actuellement en cours ou en démarrage concernant plus de 250 millions de personnes dans le monde.

L’Observatoire international  opère par projets répondant à un besoin spécifique de collectivités et leur fournit un outil opérationnel pour y répondre. Les projets sont pilotés par des consortiums publics/privés qui assurent de la qualité des données mobilisées et prévoient la soutenabilité des services rendus. 
L’Observatoire international se décline localement selon des échelles variables en fonction des capacités des pays ou des régions du globe. Ainsi doivent se constituer des observatoires nationaux en Inde, Chine, Mexique, Maroc, etc. La France a mis en place un observatoire national en 2019 (plus d’informations sur https://www.spaceclimateobservatory.org/fr/sco-france)

Toutes les déclinaisons locales de l’Observatoire international   accompagnent l’émergence des projets et leur labellisation dans le cadre des critères définis par l’accord international. Les Observatoires  nationaux apportent leur expertise et leur réseau pour le développement d’outils opérationnels pour les décideurs. 

l’Observatoire international  comporte aujourd’hui 43 projets labellisés en portefeuille, dans toutes les régions du monde, sur tous les sujets afférents au changement climatique (agriculture, urbanisme, biodiversité, problématiques côtières etc.). Un appel à projet annuel permet d’élargir son domaine d’action.     
 

SCO3
SCO4
SCO5
SCO6

1 / 4

Pour en savoir plus

L’observatoire international  a été officiellement lancé le 17 juin 2019 par  23 agences spatiales et organismes internationaux (l’Agence Spatiale Européenne, Le bureau des Nations Unies pour les affaires spatiales et le Programme des Nations Unies pour le développement), qui ont signé la « déclaration d’intérêt » pour la création de l’observatoire. 10 nouveaux signataires ont rejoint le SCO au 1 septembre 2021.

Depuis juin 2019, six comités de pilotage de l’initiative se sont tenus entre les parties signataires. Ces échanges ont permis d’adopter les modes de gouvernance de l’Observatoire et sa feuille de route à court et moyen terme (Termes of Reference). L’objectif de création d’une charte internationale régissant le fonctionnement et le mode d’intervention des parties signataires qui devrait être finalisée lors de la COP26 à Glasgow. 
 

L’observatoire spatial du climat : www.spaceclimateobservatory.org/